Construction de 65 logements individuels & intermédiaires

 

Zac Monges – Lot J1, Cornebarrieu (31) • 2020

Maîtrise d’Ouvrage : ADN Patrimoine

Architecte : Bien Urbain – atelier d’architecture
Paysagiste : Atelier Jean Chevalier
BET : Occinergy | JR Ingénierie | Bateco

Surface : 4 600m² (SDP) | 4 300 m² (SHAB)
Montant des travaux : 6 700 000 € (HT)
Statut : Concours

 

•

Implanter un programme riche dans un site accidenté

La forte pente du terrain (plus de 9% en transversal) nous pousse à nous implanter en étudiant finement la topographie dans un objectif simple mais fondamental : gérer les déblais / remblais à la parcelle. L’intégration à la pente à la fois par encaissement et par surplomb, nous permet d’offrir une multitude de situations hautes et basses pour le bâti comme pour les espaces extérieurs communs et privatifs.

•

•

•

•

Notre proposition comprend 65 logements dont 35 maisons, 12 appartements pour de l’accession et 18 appartements en locatif social. L’orientation et les dimensions générales du site nous incitent à organiser trois bandes bâties facilement desservables et orientées principalement d’est en ouest.

•

Chaque bande est redécoupée par des transversales est – ouest (parkway < > bois) piétonnes dont l’une revêt un caractère emphatique au droit de l’accès piéton à la parcelle. Cette disposition permet la création de petits ensembles bâtis de quelques maisons qui limitent les linéaires.

Diversifier les manières d’habiter

Les logements collectifs sont répartis sur deux immeubles traités sous la forme d’habitations de type intermédiaire,
sur parking semi-enterré et sans ascenseur.

•

L’immeuble dédié à l’accession, élevé en R+2, organise ses appartements par des circulations verticales desservant deux logements par niveau du T1 au T3. Ces circulations sont ouvertes, éclairées et ventilées naturellement et offrent une vue imprenable vers le parkway.  Elles dégagent à leur extrémité un espace clos et couvert appropriable
par les appartements de chaque niveau.

L’ensemble de 18 logements sociaux est façonné autour d’un patio central planté en pleine terre et propose des appartements desservis par un système de coursives. Compact et rationnel ce système permet, sur trois niveaux, d’organiser une grande variété de typologies du T2 au T5, toutes traversantes.

•

Les 35 maisons s’inscrivent dans une trame régulière et commune de 5,10 mètres de largeur favorisant les faibles portées, la notion de traversant et la compacité. La forte proportion de T3 nous permet de développer, sur la base d’une maison à un étage, une grande variété de combinatoires.

•

D’environ 70m², la maison ouvre son salon soit sur le bois, soit sur le parkway et sait faire varier son aménagement selon que l’on y accède par le séjour ou une entrée équipée d’un placard. Au rez-de-chaussée, la disposition des cuisines équipées, en longueur ou faite d’éléments parallèles, renforce l’organisation traversante du logement. À l’étage, en lien avec la trémie d’escalier, est ménagée une double hauteur généreuse offrant un espace bureau en surplomb sur les pièces de vie. Sur le même principe sont dessinées des maisons de type 4 qui bénéficient d’un accès latéral
et d’une triple orientation.

•

Des maisons à patio de plain-pied pour les T3 ou sur deux niveaux pour les T4 et T5 proposent une façon de vivre plus intimiste. Le patio devient une pièce complémentaire où l’on peut se retrouver au calme et au frais. à des endroits stratégiques du plan, sont positionnées des maisons plus singulières qui adaptent leur forme au contexte.

•

Entremêler nature & bâti

Le projet paysager procède d’une pénétration des composantes boisées environnantes dans la parcelle. Le coteau et cordon boisé du parkway se prolongent délicatement entre les lanières construites perpendiculairement à la pente
et dans des redans en périphérie.

•

•

Une placette, pièce paysagère à part entière au sein de la matrice verte de l’opération, est installée en cœur du lot. Il s’agit d’un espace libre généreux d’environ 400 m², implanté sur un socle qui domine les environs. Plantée densément d’arbres, la placette reste accessible car le sol est libre. Elle sera un lieu fédérateur et de sociabilité à l’échelle du lot, appréciée tant pour sa qualité d’îlot de fraîcheur que d’espace de jeux et de rencontres.

•

Construire frugal

Le projet s’organise sur deux strates construites différentes. Un premier registre, bas, constitué de socles, est intégré à la pente. Ceux-ci se prolongent en murs qui résonnent avec les espaces extérieurs et en évènements verticaux. Cette première strate est réalisée en béton de site issue des argiles du déblais. Massifs et telluriques, les socles sont les supports de l’architecture qui vient s’installer au-dessus d’eux. Les habitations viennent ensuite se poser sur ces socles tels des prismes traités avec soin par des structures légères et préfabriquées (mur, plancher bois, baie).

•

 

↑UP

MONGES J1

2020

0